Les karsts non crayeux de Normandie

La Normandie calcaire, hors le domaine crayeux limité à la partie orientale du territoire, offre des étendues carbonatées karstifiées.

On peut dégager trois grands ensembles :

- dans le Massif Armoricain, des lambeaux de dépôts calcaires anciens, essentiellement dans la région de Montmartin-sur-Mer (Manche) dans les calcaires carbonifères, et dans la région de La Meauffe, au nord de Saint-Lô (Manche) dans les calcaires briovériens (Néoprotérozoïque).

- dans le Bassin de Paris, en se rapprochant de son centre, la craie disparaît sous les dépôts tertiaires, dont plusieurs niveaux carbonatés offrent des faciès karstifiés. Les secteurs concernés sont le plateau de Madrie et la vallée de l’Eure, en amont de Louviers et le Vexin Normand, autour de la vallée de l’Epte. En juillet 2014, le CNEK a publié la première étude sur le karst dans ce support (karst de Chambray).

- toujours dans le Bassin de Paris, les plateaux jurassiques des Campagnes d’Alençon (Orne), d’Argentan (Orne) et de Caen-Bessin (Calvados) qui soulignent le contact entre le bassin sédimentaire et le massif ancien. Il s’agit essentiellement des calcaires bathoniens et des calcaires bajociens (dans le Bessin).

Cependant la recherche spéléologique s’y fait très discrète malgré les travaux pionniers de Yann Druet, au début des années 1970. Quelques travaux isolés ont été menés mais il manque toujours une approche globale qui relativise la valeur des témoins abordés localement. La richesse karstologique de cette Normandie des calcaires reste à mettre en valeur.



RSS | Contact | Plan du site | ©2007 CNEK sous licence Creative Commons License | designed by lonia