Joël Rodet, le karstologue

21 février 2017, par Joël Rodet
Né en 1949, Joël Rodet pratique la spéléologie scientifique depuis 1963. Président-Fondateur du CNEK, c’est un karstologue professionnel, spécialiste des substrats crayeux, qui a largement ouvert ses compétences sur des substrats non carbonatés comme les grès, les quartzites, les granites et gneiss, mais aussi dans les itabirites (minerai de fer).

Le Groupe Spéléologique de la Maison des Jeunes et de la Culture du Havre

(1964-1983)

Après avoir vécu à proximité de résurgences karstiques célèbres, le Loiret puis la Touvre, Joël Rodet a découvert l’exploration souterraine en 1963 dans la région d’Etretat. En 1964, il contribue à la formation du Groupe Spéléologique de la Maison des Jeunes et de la Culture du Havre qui, en une dizaine d’années, acquerra une réputation de sérieux et de compétence.

Un Explorateur de Haut Niveau Technique
- Durant cette période, il acquiert une solide formation technique, devenant équipier de spéléologie (Fromelennes, 1970), initiateur (Eymouthiers, 1971), moniteur (Font d’Urle, 1972), puis instructeur fédéral (1974).

Un Spéléologue Scientifique
- Compagnon de Michel Lepiller , célèbre hydrogéologue, accidentellement disparu en 2006 [Spéléo-Drack n° 22], il se forme à son contact, à la démarche scientifique, soutenant en 1975, un mémoire de maîtrise sur "le karst de la craie de la Haute Normandie" (Institut de Géographie de l’Université de Rouen).

Un Editeur Précoce
- En 1970, alors secrétaire du GS-MJC-H, il dirige la deuxième édition de Spéléo-Drack , historiquement la première revue normande de spéléologie.
- Dans le cadre de ce premier groupe, il assurera, comme directeur, la publication de 8 numéros, dont les n° 4 et 5 dédiés aux travaux dans le massif du Semnoz (Pré-Alpes savoyardes), de 1970 à 1974.

Un Pédagogue
- Au départ de Michel Lepiller pour les Alpes en 1971, il lui succède comme président du GS-MJC-H et il pratique dès-lors la rotation des responsabilités, afin de donner à chacun l’opportunité de se former aux responsabilités.
- Jusqu’à son départ du GS-MJC-H, en 1983, il encadre et forme des centaines de spéléologues, de l’initiation à la spécialisation.


Le Groupe Spéléologique du Havre

(1976-1990)

En 1976, avec la complicité de Jocelyne Cattreux et de François Desbordes , il fonde le Groupe Spéléologique du Havre, première entité spéléologique havraise indépendante. Les objectifs de cette association sont plus tournés vers la connaissance de la grotte comme sujet d’étude, et moins comme cadre d’activité physique.

Un Editeur Confirmé
- La revue Spéléo-Drack continue de paraître mais présente désormais uniquement des monographies ou le contenu d’évènements spécifiques (congrès, mission, etc.).
- De 1976 à 1986, seront publiés les numéros 9 (1er Congrès régional de spéléologie), 10 (Table des Matières), 11 (Minotaure 76, spécial Crète), 12 (Le karst de la craie en Haute Normandie), 13 (Jean-Claude Haguelon, spéléo havrais), 14 (La Tunisie spéléologique), 15 (Le karst du bassin de la Rançon), 16 (Exploration de la Rivière souterraine du Heurt), avant de céder la revue au Comité Régional de Spéléologie de Normandie, qui publiera le numéro 17 (Congrès régional d’Evreux).
- Le numéro 18 (grotte des Petites Dales), bien que publié au nom du CRSN, sera en fait un ouvrage entièrement produit et financé par le CNEK, le CRSN ne contribuant même pas à un centime de franc à sa réalisation. Dès lors la revue reviendra au Centre Normand d’Etude du Karst.

Un Chercheur Scientifique
- Durant sa période GS du Havre, Joël Rodet entame des études doctorales à Paris, d’abord à Paris I (Panthéon-Sorbonne) où il soutiendra en janvier 1982, son doctorat en Géomorphologie karstique (Contribution à l’étude du karst de la craie), puis à Paris IV (Sorbonne) où il soutiendra en juillet 1991, son doctorat d’état ès-Lettres et Sciences Humaines (Les karsts de la craie - étude comparative).
- Entre-temps, il intégrera en 1977, comme chercheur associé, le Laboratoire de Géologie de l’Université de Rouen (1977-1982). Il en profitera pour préparer un DESS (Master professionnel) en Pollutions et Nuisances (1980) sur le karst du bassin de la Rançon.

Un Voyageur Avide de Connaissance
- Cette époque est aussi celle de l’ouverture sur le monde souterrain planétaire (Algérie en 1975 ; Crète en 1976, 1977 et 1978 ; Péloponèse en 1976 ; Polynésie française en 1979 ; Australie en 1980 ; USA en 1981 ; Petites Antilles en 1984 ; Pologne en 1987 ; Portugal en 1987 ; Crète en 1988, etc.).
- Plus de 75 départements métropolitains recevront ses visites souterraines.

Un Scientifique et un Formateur Engagé
- Directeur-adjoint de la Commission Scientifique et Culturelle de la Fédération Française de Spéléologie dès 1977, il en sera élu Président en 1983, succédant ainsi à Richard Maire qui lance alors la revue Karstologia.
- Il assumera cette fonction pendant 5 ans, jusqu’en 1988.

Les Prémices d’un Centre de Recherche
- C’est durant cette période que naît le concept de "Centre Normand d’Etude du Karst", grâce à la complicité de Danièle Sayaret , biologiste, et au soutien du professeur Georges Conrad , spéléologue marseillais, ancien de la Coume Ouarnède.
- C’est ainsi que naît la revue "Spéléo-Tract", encore active aujourd’hui.
- Autour de ce concept, commencent à se réunir d’autres personnalités spéléologiques normandes : Jean-Claude Staigre , Jean-Pierre Viard , Jean-Luc Audam , Régis Fareu .


le Centre Normand d’Etude du Karst et des Cavités du Sous-sol

(1990-2017)

En 1990, six personnalités régionales rejoignent Joël Rodet et fondent officiellement le Centre Normand d’Etude du Karst et des Cavités du Sous-sol (CNEK) qui hérite du patrimoine du GSH et des apports des autres spéléologues normands.

Un chercheur karstologue au CNRS
- Entre-temps, Joël Rodet a intégré le CNRS, comme chargé de recherches. D’abord à Aix en Provence dans l’équipe du Professeur Jean Nicod , il rejoint le Centre de Géomorphologie à Caen en 1994 où il travaille avec Jean-Pierre Lautridou , puis retrouve le Laboratoire de Géologie de l’Université de Rouen en 1998.
- En octobre 2014, il devient chercheur associé de l’UMR 6143 du CNRS, à l’Université de Rouen.

Le karst du Brésil
- En 1988, il démarre ses recherches sur le karst du Brésil, d’abord dans la région de São Raimundo Nonato (Piaui, Nordeste), puis en Minas Gerais (Lagoa Santa, Peruaçu) et en Goias (São Dominguos).
- Après les calcaires, il s’intéresse aux grès, aux quartzites, aux gneiss et granites, et aussi aux itabirites (minerais de fer), avec Luc Willems et André Pouclet . A ce jour, il a réalisé 24 missions d’étude au Brésil, dans plus de douze états, en collaboration avec ses anciens doctorants ( Rubens Hardt , Alessandra Vasconcelos ).
- En particulier il séjournera un an en 1991-1992 comme chercheur dans le Piaui et sept mois comme professeur à l’UFMG de Belo Horizonte (Minas Gerais) en 2011.

Une Réputation Internationale
- 28 ans plus tard, il est devenu un des meilleurs connaisseurs du karst brésilien et enseigne dans différentes universités brésiliennes : UFMG de Belo Horizonte, UFVJM de Diamantina, UFBA de Salvador, UNESP de Rio Claro, CEUB de Brasilia, UFPE de Recife, UEPG de Ponta Grossa, etc..
- Il a même initié en 2011, les "Simposio Mineiro do Carste" avec ses étudiants de Belo Horizonte. Il a donné de nombreuses conférences.
- Aujourd’hui, il est fréquemment consulté par ses collègues brésiliens ou par des étudiants qui souhaitent développer leurs connaissances sur le karst. Certains décident de traverser l’Atlantique pour suivre son enseignement ou élaborer des projets de recherche.
- Il est membre-chercheur du Instituto do Carste, présidé par Augusto Auler .
- Depuis 2002, il est associé au chercheur belge Luc Willems (Université de Liège) et au Club de Recherches Spéléologiques Ourthe-Amblève (CRSOA) dans l’étude du karst des craies et calcarénites de la Basse Meuse belgo-hollandaise, et au-delà dans les karsts de multiples encaissants au Brésil.

Les cavités glacio-karstiques de Patagonie
- A partir de 2012, il s’engage avec Dominique Todisco dans des recherches karsto-glaciaires et géoarchéologiques dans les cavités du conglomérat en Patagonie continentale chilienne. Il a, notamment, participé à trois missions de terrain, en 2012, 2013 et 2015.

La Mansonnière et le primokarst
- en janvier 1993, Joël Rodet et Jean-Luc Audam impliquent le CNEK dans le labyrinthe souterrain de la Mansonnière dans le Perche (Bellou sur Huisne, Orne). Pendant sept ans, un vaste chantier de désobstruction, dont le CNEK a le secret, dévoile plus d’un kilomètre de galeries souterraines labyrinthiques, dont un ensemble spéléologique de 730 m de développement entièrement installé sur le réseau tectonique.
- Mais la plus grande découverte, une première mondiale, c’est le stade de proto-karst avorté de ces galeries qui n’ont jamais été drainées, l’illustration de ce qui sera défini comme "primokarst", un embryon de karst précédant l’installation d’une circulation rapide qui imprime son activité hydrodynamique, et dont les comblements ne sont pas des sédiments mais le résidu d’une profonde altération de l’encaissant.
- Cette cavité illustre donc les phases de préparation du karst, ouvrant le chemin vers un nouveau paradigme de la karstification.

La grotte des Petites Dales
- Depuis sa découverte spéléologique en 1966, Joël Rodet s’intéresse à la grotte des Petites Dales qui deviendra au fil des ans, la plus belle réussite du CNEK. De 62 m en 1970, la cavité approche désormais les 800 m de galeries.
- Il s’agit bien-sûr d’un chantier exceptionnel que la FFS appuie en devenant locataire du terrain et en nommant en 1997, Joël Rodet conservateur de la cavité.
- Le tandem avec Jean-Pierre Viard fonctionne à merveille et permet d’importantes réalisations : publications, journées du Patrimoine naturel, désobstruction, mais aussi des recherches scientifiques de pointe en karstologie ( Jean-Claude Staigre ), en sédimentologie des remplissages ( Stéphane Chédeville ), en climatologie souterraine ( Nicolas Lecoq , Laurent Magne ), en hydrogéologie ( Matthieu Fournier ).
- En 2016, la cavité est définie comme laboratoire souterrain.

un Groupe de Recherche Unique
- Le groupe autour du CNEK s’élabore constamment ( Caroline Fournial , Carole Nehmé , Didier Guillemette ) et représente aujourd’hui un centre de recherche pluridisciplinaire de qualité, exceptionnel dans le monde souterrain européen.
- Le site internet, que gère Joël Rodet, le prouve avec sa croissance continue depuis octobre 2007, et qui est devenu une référence en terme d’information sur le milieu souterrain avec plus de 130.000 connexions.

Des Publications Spécialisées
- Les Editions du CNEK qu’il dirige, sont devenues un centre de publication reconnu :
- la revue Spéléo-Drack a maintenu sa politique de monographie (18-Grotte des Petites Dales, 19-les Cavités artificielles de la craie normande, 20-Les cavités du Gravier, 21- karst et calcaires tertiaires de Chambray, 22-La spéléologie normande de Michel Lepiller).
-  Spéléo-Tract a publié les actes des deux premiers Simposio Mineiro do Carste, et un n° 9 dédié aux Petites Dales, grotte fédérale et fédérative (décembre 2016).
- et une nouvelle collection tournée vers le Brésil, Carso Brasiliensis , a publié deux travaux sur le Parque Estadual de Rio Preto et le karst de la région de Jequitai.
- De nombreux projets sont en cours d’élaboration.

Un Spéléologue et Karstologue Reconnu
- Joël Rodet a reçu en 1998, la médaille d’argent de la Jeunesse et des Sports au titre de la spéléologie. A partir de 1988, son nom est mentionné dans le Quid parmi les spéléologues français célèbres.
- Aujourd’hui, il est président actif du CNEK, mais aussi membre de la Commission Régionale du Patrimoine Géologique de Normandie, du Conseil Scientifique du Conservatoire d’Espaces Naturels de Haute Normandie et depuis octobre 2016, géologue référent pour le musée d’archéologie qui doit voir prochainement le jour à Saulges (Mayenne)..
- Depuis 1966, il a contribué à plus de 500 notes, articles, rapports, chapitres, livres et autres posters sur le monde souterrain et son histoire naturelle ou chronologique, en faisant le spéléologue normand le plus prolifique. Il continue de gérer la grotte des Petites Dales, comme conservateur fédéral.

RSS | Contact | Plan du site | ©2007 CNEK sous licence Creative Commons License | designed by lonia